samedi 24 juin 2017

Renart médecin - Brichemer attaqué par les chiens




Les barons avancent ensemble,
O


r s'en vont li baron ensemble,
mais Renart tremble de peur
à l'idée de rencontrer le lion.
S'il pouvait trouver quelqu'un pour écouter
sa confession, il la ferait volontiers.
Ils parcourent chemins et sentiers,
le cerf devant et Renart derrière,
puis arrivent près d'une ferme isolée
en pleine campagne. Renart s'y dirige
et dit : « Seigneur, que Dieu me guide,
nous irons plutôt par là,
car c'est la route la plus directe. »
Brichemer n'y entend aucune malice,
et ils se dirigent vers la ferme
par un chemin à découvert au creux d'un val.
Mais, voici qu'arrive un paysan
avec ses trois chiens.
« Ah ! fait Renart, je ne les connais pas ceux-là,
et ils nous ont repérés. »
Dès que le paysan les aperçoit,
il crie après ses chiens, et les lance à leur trousse.
Tous trois foncent d'un seul bloc
sur Brichemer, et l'attrapent.
Renart prend la fuite,
et retourne vers son château au trot,
aussi fort qu'il peut,
puis, se jette dedans, et relève le pont.
Brichemer court un grand péril,
car les chiens, comme nous le dit l'histoire,
lui déchirent la pelisse,
et l'arrangent vilainement.
Quand le paysan arrive sur lui,
il le frappe avec un gros bâton.
Brichemer est pris au piège,
toute défense est vaine.
Les chiens s'accrochent à lui, et tirent
violemment sans faire semblant,
ils sont à deux doigts de l'abattre.
L'un d'eux s'en prend à lui lâchement
en lui arrachant du dos une bande de peau
dont on pourrait faire un haut-de-chausses.
Brichemer, affolé,
finit par s'extirper à grand-peine,
persuadé qu'il n'en sortirait pas vivant.
Il s'enfuit à perdre haleine,
et ne reviendra pas de sitôt.
Il galope désespérément
avec sa plaie qui le brûle et le fait souffrir.
Brichemer se rapproche de la cour,
tel un cheval qui court à toute vitesse,
se faufilant par un essart,
tout en jurant après Renart.
Il ne baisse pas son allure
jusqu'au palais
où le roi Noble tient sa cour.
Sitôt arrivé,
il descend au beau milieu de la place.
Quand les barons voient l'entaille
dans son dos,
ils lui demandent ce qui s'est passé.
Mais, il ne répond à personne
avant d'entrer dans la salle du haut
où sont réunis tous les barons.
Il s'écroule aux pieds du roi :
« Sire, fait-il, j'implore votre grâce,
sachant bien que ça ne m'aidera guère.
J'ai bien transmis votre message,
mais voilà comment Renart m'a traité,
je crois que c'est la fin pour moi,
je ne m'en remettrai jamais.
Sire, dit Brichemer au roi,
écoutez-moi pour l'amour de Dieu,
vous m'avez choisi pour mon expérience, et envoyé
chez Renart comme messager,
mais je n'ai pas mérité cela,
ils m'ont tellement battu la peau
que je n'en rechaperai pas. »
À la vue de Brichemer
blessé et ensanglanté,
avec plusieurs flèches plantées
dans son bouclier,
le roi est très peiné.
« Brichemer mon ami, dit le roi,
mon cœur est rempli de douleur
à cause de celui qui t'a fait tout ce mal,
mais tu seras bien vengé,
je te le garantis, je t'en fais la promesse. »
Brichemer répond : « Je vous en remercie. »
19948



19952



19956



19960



19964



19968



19972



19976



19980



19984



19988



19992



19996



20000



20004



20008



20012



20016



20020



20024



20028



20032

Et Renart mout durement tremble,
Car grant peor a del lion.
S'il trovast qui confession
Li donnast, mout tres volentiers
La preïst. Tant vont les sentiers,
Li cers avant, Renart aprés,
Qu'il vindrent d'une vile pres
Champestre. Renart s'adreça
Et dist : « Sire, par de deça
Nos en irons, se Diex me voie,
Car ce est la plus droite voie. »
Brichemer n'i pensa nul mal,
Vers la vile par mi .I. val
S'en vont li droit chemin tot plain.
A tant estes vos .I. vilain
Qui avoit avec lui .III. chiens.
« Ici n'ai je or nul des miens,
Fait Renart, cil nos ont veü. »
Li vilain les ot parceü,
Si huie les chiens maintenant.
Tuit .III. s'en vont en .I. tenant
Vers Brichemer et si l'ont pris ;
Et Renart s'est au fouir mis,
Vers son chastel en vet le trot
Au plus durement que il pot,
Dedenz se mist et le pont drece ;
Et Brichemer fu en destrece,
Car li chien si con nos dison
Li despiecent son peliçon,
Mout l'atornent vilainement ;
Et li vilain vint erroment,
A tout .I. baston si le frape.
Brichemer est en male trape,
Sa desfense n'i a mestier.
Le chien le pranent a sachier
Mout durement que ne se faingnent,
Par .I. petit que ne l'estaingnent.
.I. d'els si vilment le conroie
Que du dos li trait tel corroie
Dont l'em peüst fere .I. braier.
En Brichemer n'ot qu'esmaier,
A mout grant paine s'en estort,
Ja n'en cuida partir sanz mort.
Fuiant s'en va a longue alainne,
Ne revendra mes des semainne,
Fuiant s'en va et mout s'esmaie
Que mout li delt et cuit sa plaie.
 Or s'en vet Brichemer a cort,
Sus .I. cheval qui mout tost cort
S'en vet fuiant par .I. essart,
Durement se plaint de Renart.
Ne fine de corre a eslais
Tant qu'il est venu au palais
Ou li rois Noble sa cort tint,
Ne fina jusques que il vint,
Si descendi en mi la place.
Qant li baron virent la trace
Qui el dos Brichemer estoit,
Demandent conment li estoit.
Mes a nului mot ne respont
Tant qu'il fu en la sale a mont
Ou assemblez ert li barnez.
Devant le roi chaï pasmez :
« Sire, fet il, merci vos quier,
Bien sai que n'avré mes mestier.
Vostre mesage ai bien forni,
Mes ainssi m'a Renart bailli,
Bien cuit que m'a mis a la mort,
N'en avré ja autre confort.
 Sire, dist Brichemer au roi,
Por amor Dieu entendez moi :
Vos m'envoiastes conme sage
A Renart fere le mesage,
S'en ai male merite eüe
Que tant en ai la pel batue
Que je n'en eschaperé ja. »
Li rois Brichemer regarda,
Si le vit sanglent et navré
Et voit maint qarrel empené
Dedenz l'escu que il aporte,
Dont durement se desconforte.
« Brichemer, dist li rois, amis,
En grant dolor a mon cuer mis
Cil qui einssi t'a donmagié,
Mes tu en seras bien vengié,
Je le te greant et afi. »
Dist Brichemer : « Vostre merci. »
Comment Renart fut magicien C'est la branche Renart si com il fu mires (29)
Notes de traduction (afficher)