dimanche 22 février 2009

Renart médecin - Épisode en cours de traduction

Vous êtes cordialement invité à réviser, corriger ou augmenter la traduction de cet épisode. Veuillez pour cela enregistrer un commentaire en bas de page.

Voici quelques règles de traduction simples à respecter :
  • Le texte doit être traduit avec le souci de rester fidèle au texte original, tout en restant facile et plaisant à lire.
  • L'ancien français utilise les temps présent et passé assez librement, le présent est choisi pour la traduction.
  • L'alternance de tutoiement et de vouvoiement est fréquente dans un même dialogue, elle est conservée. Elle est toutefois uniformisée au sein d'une même réplique.
Les liens suivants pourront vous être utiles :
Dictionnaire d'ancien français (DicFro)
Grammaire d’ancien français

Pour info, la traduction d'un épisode comprend plusieurs étapes :
  1. Traduction automatique mot à mot (basée sur la traduction des textes précédents).
  2. Correction manuelle mot à mot, et ajout de la traduction des mots non traduits automatiquement.
  3. Mise en forme de la traduction en français correct.
  4. Lecture à voix haute et amélioration de la traduction.
  5. Correction des fautes d'orthographe et amélioration de la traduction.
  6. Publication de l'épisode.
  7. Lecture à voix haute et correction éventuelle de la traduction.
  8. Correction des fautes d'orthographe éventuelles par une tierce personne.
La traduction en cours est donc en général dans un état intermédiaire.



O


r me fetes ces huis fremer




























































































20472



20476



20480



20484



20488



20492



20496



20500



20504



20508



20512



20516



20520



20524



20528



20532



20536



20540



20544



20548



20552



20556



20560
Et si me fetes aporter
Tout ce que vos demanderai.
Le mal du cors vos esterai,
S'osteré la fievre quartainne
Qui si vos fait perdre l'alainne. »
Et dist Noble : « Mout volentiers,
Vos avrez quant que ert mestiers.
— Sire, dist il, prenez en cure.
La piau du leu atot la hure
Estuet avoir premierement.
Ja verrez tot conmunement
Combien je sai d'astronomie ;
Ja vos metré el cors la vie. »
 Quant Ysengrin l'oï parler,
Il n'ot en lui qu'espoanter.
A Dieu prie que il le gart
Qu'il ne soit au voloir Renart.
Bien voit, s'il est a son voloir,
Que Renart le fera douloir,
Qar il n'i a leu plus que lui.
Renart se vengera de lui,
Ce voit il bien en icel jor.
Par mi la cort a fait maint tor,
Bien vosist estre autre part.
Noble qui ot oï Renart
.I. pou sorlieve les grenons
Et regarde toz ses barons.
Le lou esgarde toz pensis,
Si li a dit : « Biau doz amis,
Vos me pouez avoir mestier
Et mon malage asouagier. »
Et dist Renart : « Vos dites voir,
Il vos puet bien mestier avoir
Se il vos velt pres ter sa pel,
Et vez ici le tens novel
Que sa pel ert tost revenue,
N'avra pas froit a la char nue. »
Dist Ysengrin : « Sire, ne faites.
Volez vos donc honir voz betes ?
Sachiez ne m'est mie legier
De ma pelice despoillier.
Certes qui tant me tolt du mien
Bien sai qu'il ne m'ainment de rien,
Por Dieu or la me respitiez. »
Li rois l'entent, s'en fu iriez.
« Par mes eulz, fet se il, danz leus,
Mout estes ore outrageus
Qui ma parole desdeïtes,
Vos en avrez ja voz merites.
Je verré ja qui m'amera.
Seignors, dist il, or i parra,
Prenez le tout, mes elz voiant,
Et si li ostez maintenant
La pel dont il nos fet dangier. »
Cil corent por lui donmagier,
Si le prenent de toutes pars
Et par les piez et par les braz,
La pel li traient fors du dos.
Lors fu li las en mal repos,
De la sale s'en ist le trot,
Il a bien paié son escot.
 Dist Renart : « Sire, s'il te plest,
Fai mon voloir tot entreset.
Il t'estuet la corne du cerf
Du lonc prandre le mestre nerf
Qui soit .I. pou retrez ariere.
En l'orine vi la maniere,
La medecine dont garras.
Porchace toi, mestier en as ;
Et une corroie du dos,
Se tu l'as ceinte, en grant repos
En seras mis, n'en aies doute.
Soz ciel n'a ne fievre ne goute
Qui ja mes te feïst nul mal ;
Je l'ai veü en l'orinaI.
— Ce puet bien estre », fet li rois.
Brichemer voit seoir au dois,
Si l'a acené a sa poue,
Qar il ne pot movoir la joue.
Par le conmandement le roi
Fu li cerf mis en grant esfroi.
Il l'abatirent tout envers,
La corroie ont pris de travers,
Trenchie li ont au coutel,
Bien ont encisee la pel,
Et les .II. cornes li brisierent,
Fors de la sale le chacierent ;
Cil ot bien son escot paié.
Ja mes en foire n'en marchié,
Tonlieu, J'aiage ne devront,
Mes par tout quitement iront.
Comment Renart fut magicien C'est la branche Renart si com il fu mires (29)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire