dimanche 22 février 2009

Renart médecin - Épisode en cours de traduction

Vous êtes cordialement invité à réviser, corriger ou augmenter la traduction de cet épisode. Veuillez pour cela enregistrer un commentaire en bas de page.

Voici quelques règles de traduction simples à respecter :
  • Le texte doit être traduit avec le souci de rester fidèle au texte original, tout en restant facile et plaisant à lire.
  • L'ancien français utilise les temps présent et passé assez librement, le présent est choisi pour la traduction.
  • L'alternance de tutoiement et de vouvoiement est fréquente dans un même dialogue, elle est conservée. Elle est toutefois uniformisée au sein d'une même réplique.
Les liens suivants pourront vous être utiles :
Dictionnaire d'ancien français (DicFro)
Grammaire d’ancien français

Pour info, la traduction d'un épisode comprend plusieurs étapes :
  1. Traduction automatique mot à mot (basée sur la traduction des textes précédents).
  2. Correction manuelle mot à mot, et ajout de la traduction des mots non traduits automatiquement.
  3. Mise en forme de la traduction en français correct.
  4. Lecture à voix haute et amélioration de la traduction.
  5. Correction des fautes d'orthographe et amélioration de la traduction.
  6. Publication de l'épisode.
  7. Lecture à voix haute et correction éventuelle de la traduction.
  8. Correction des fautes d'orthographe éventuelles par une tierce personne.
La traduction en cours est donc en général dans un état intermédiaire.



G


rimbert s'en va, ne volt plus dire.


















































































































20132



20136



20140



20144



20148



20152



20156



20160



20164



20168



20172



20176



20180



20184



20188



20192



20196



20200



20204



20208



20212



20216



20220



20224



20228



20232



20236



20240



20244

Renart remest qui fu sanz ire
De ce qu'il a si bien paiez
Ceus qui li furent envoiez
De par le roi a tout les briés,
Mes qui soit bel ne qui soit griés,
Il s'en escondira, s'il puet.
A l'endemain par matin muet
De sa cort, mes ançois il mande
Sa mesniee, si lor conmande
Qu'il gardent son chastel tres bien
Que nus n'i mesface de rien.
N'i lessent hons metre le pié
Que il ne soient espïé
D'aucun honme, ce seroit max.
« Sire, ce dist li seneschaus,
De ce ne vos estuet douter,
Que ja home ne fame entrer
N'i lesseront por nule chose. »
Maintenant ont la porte close,
Si s'en monterent en la tor,
Et Renart s'en va sanz demor
Par mi la lande esperonnant.
Durement va Dieu reclamant
Que il li dont par sa pité
Chose dont li rois ait santé.
 Renart s'en vet tout son chemin,
Mout prie Dieu et saint Martin
Que tele chose li envoit
De quoi dant Noble guariz soit
Que mout en a grant desirrer.
Toute jor prent a cheminer,
Ne puet nule chose trover
Ou il se puist de riens fïer.
Tant a erré qu'en .I. pré entre,
De l'errer li doloit le ventre,
Et d'autre part mout se deshaite
De la jornee qu'il a faite.
Vit la nuit qui de pres le suit,
Es prez descent, avant ne fuit.
La nuit jut en la praierie
Tant que l'aube fu esclarcie.
Quant le jor parut, si se lieve,
Et bien sachiez que mout li grieve
Quant il ne pot chose trover
Qu'avec lui en peüst porter
Por donner au roi garison.
Le jor en fist mainte oroison.
Tant erra Renart cel matin
Qu'il s'adreça vers .I. jardin
Ou il ot herbes de manieres
Qui sont precïeuses et chieres
Et bones por touz max saner.
Cele part se prent a torner,
La resne abandonne au cheval
Par mi la costure d'un val,
Et est entrez enz el vergier.
Son cheval corut atachier
A .I. arbre par mi le frain,
Illuec prist de l'erbe et du fain,
Et Renart conmença a querre
Par le vergier et tret de terre
Herbes dont il i ot assez.
De bonnes en connut assez
Que je dire ne vos savroie,
Plus en quelt de plainne jaloie.
Quant assez en ot esrachies,
Si les a .I. petit moillies
En une fontaingne qui cort
Par le vergier et par la cort,
Si les a faites mout tres netes,
Puis les bat entre .II. tilletes,
Puis en empli .I. barillet
C'avec lui ot mout petitet.
Tantost s'est arier repairié,
Si a son barillet lïé
A son arçon mout fierement
Et monta que plus n'i atent.
Du vergier issi si s'en vet,
Mout durement grant joie fet.
 Renart s'en vet a esperon,
Mout ot en lui noble baron.
Entrez s'en est en une lande,
Voie ne sentier ne demande,
Qar il les savoir mout tres bien ;
Ne l'en estut douter de rien.
De la lande en une forest
Entra qui assez miex li plest.
En la forest desoz .I. pin
Trova dormant .I. pelerin.
Cil pelerins qui la gisoit
Une riche aumosniere avoit
Qui ert lacie en sa corroie.
Renart descent en mi la voie
Mout tost de la mule afeutree,
Si li a l'aumosniere ostee
Si c'onques ne s'en aparçut.
Renart qui ainssi le deçut
L'ovre, si a trové dedenz
Une herbe qui est bonne as denz,
Et herbes i trouva assez
Dont li rois sera respassez.
Aliborum i a trouvé
Que plusors genz ont esprové
Qui est bone por eschaufer
Et pour fievre de cors oster.
Sachiez que mout plot a Renart
L'esclavine de l'autre part
Que il avoit desouz son chief.
Il la prent a cui que soit grief,
Si l'afubla sanz arester
Et va sor son cheval monter,
Puis si se met en l'ambleüre
Par la forest grant aleüre.
Tant a a aler entendu
Qu'il est a la cort descendu.
Comment Renart fut magicien C'est la branche Renart si com il fu mires (29)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire